[Inspiré par « Je vis, je meurs » par Louise Labé]

 

Si je pense à lui, je pense à moi

Combien de mes rêves ont commencé cauchemars?

Nous avons rencontré à masse, à un bar

Je suis nue, vois bien, je suis en soie

 

Nous avons bu tout le vin mais j’ai soif

Dis-moi tout, arrêtes, ne dit moi plus

Voilà le ciel – où suis-je? – dessus?

Je ne peux pas rester, cependant, faites-moi une offre.

 

J’arrête pour ta musique, je danse en ton silence

Jamais plus vivant qu’en au fond de ta lance

Je marches de hors moi-même, même serrée par ta voix

 

Ici, où les blancs de tes yeux sont noirs

Tu peux voir seulement mes mots, pensés, l’intéreur

Et je t’aime et je te deteste avec tout mon cœur.


Browse Timeline


Add a Comment


XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


© Copyright 2007 WEARS AN EGYPTIAN RING . Theme by Zidalgo Thanks for visiting!

Follow

Get every new post delivered to your Inbox

Join other followers: